Le Domaine E - Belle Bône -
Le Domaine- Belle Bône - 

La plantation d'amandiers

 

 

 

Un peu d’histoire...

 

 

L’amandier était largement répandu dans le Nebbiu.

 

 

Aujourd’hui, en raison de la pénibilité de la culture de l’amande, seule une exploitation a réussi à se maintenir : celle du Domaine E Belle Bone en culture certifiée Biologique.

 

La plantation à plus de 20 ans d’âge. Elle est l’œuvre de Dominique Massari.

 

Actuellement, la relève est assurée par son fils, Jean Laurent Massari et sa famille

Culture et récolte de l’amande...

 

La plantation d’amandiers exige des « bras ». Elle ne peut être rendue mécanisable car il s’agit d’une culture traditionnelle en terrasse.

 

La taille des amandiers intervient à raison d’1/3 du verger par an. C’est une tache manuelle et ardue sur 7 ha.

 

La récolte s’effectue en générale tous les 2 ans : les branches sont gaulées et l’on ramasse les fruits sur des filets au sol.

 

L’exploitation accueille des ruches qui assurent une meilleurs pollinisation du verger. Notre troupeau de brebis parcticipe aussi à l’entretien du verger en paturant sous les arbres une partie de l'année.

 

La plantation des amandes est fragile : trop de vent, trop de pluie, peu de soleil compromettent la récolte.

 

Après la récolte qui s’étale sur presque 1 mois, intervient le long et fastidieux travail de tri manuel des amandes. Les amandes sont écalées … Ainsi est obtenue l’amande en coque.

 

Nos amandes, qui n’ont donc connu aucun traitements chimiques sont le résultats de ce que la nature à bien voulu donner et d’une intervention manuelle de l’homme.

 

La certification AB est garantie par l’organisme certificateur Ecocert. 

Nos amandes en coques sont issues de trois variétés :

 

FERRADUEL : grosse amande à coque dure, au goût subtil.

 

FERAGNÈS : grosse amande à coque facile à casser, au goût fin et sucré. Idéale en dégustaion crue.


LAURANNE : amande plus petite à coque facile à casser, à la saveur douce.

 

Le domaine propose une partie de sa récolte à la vente directe. La seconde partie étant vendue en coopérative ALIMEA.